Ecosystème marin
Evaluation des stocks de mollusques bivalves

La Réserve Naturelle de la baie de Saint-Brieuc, réalise chaque année des évaluations du gisement de bivalves et plus particulièrement de la coque. Ces études fournissent aux différentes instances qui réglementent la pêche et au gestionnaire, des données sur le milieu et la ressource. L’objectif est de trouver un équilibre entre la conservation et l’exploitation du site afin que les activités de prélèvement ne modifient pas le statut de conservation et la biodiversité présente sur le site.

Baie de Saint-Brieuc
Baie de Saint-Brieuc Région Bretagne

La cartographie et l’évaluation des mollusques bivalves permet d’identifier les dynamiques d’évolution afin améliorer les connaissances sur ces espèces et de gérer certaines activités humaines. En effet, ces espèces constituent une ressource alimentaire essentielle pour les juvéniles de poissons plats ou de crustacés et surtout pour un certain nombre d’espèces d’oiseaux. Il est donc essentiel d’évaluer les ressources en vue d’une gestion durable des sites et des activités humaines.

2 rapports disponibles

L'histoire commence en 2001 par l'étude de la coque, pour devenir depuis 2013 un programme global de recherche sur les mollusques présents dans la baie, mis en place avec l'Université de Bretagne Nord.

L'étude du gisement de coques fait l'objet du premier rapport : le protocole d’échantillonnage y est décrit très précisément. Il a été mis au point par l'Ifremer sur 132 sites de prélèvements. Cela a permis de créer une modélisation du gisement sur des cartes. Les résultats sont détaillés pour chaque point de prélèvement et comparés sur plusieurs années. On constate ainsi que les gisements peuvent se déplacer. L'étude décrit également comment le contexte environnemental peut interagir sur un gisement.

Importantes variations interannuelles

L'étude des autres bivalves présents dans la baie fait l'objet d'un second rapport : la méthode d’évaluation et d'échantillonnage des mollusques bivalves est détaillée également. Les résultats sont présentés sous forme de fiches, pour chaque espèce trouvée et en quelle quantité. L’évaluation a eu lieu sur 4 années consécutives sauf pour la coque étudiée depuis 2001. Le constat est que les différentes espèces de bivalves peuvent subir d'importantes variations interannuelles mais qu'au final, l’abondance totale varie peu et reste fortement dépendante des densités de coques.

Toutes ces données, schémas, graphiques sont précis et détaillés, ils s’adressent à tous et en particulier à des techniciens qui s'intéressent aux méthodes utilisées par leurs collègues gestionnaires de site naturels, des associations environnementales…

Modifié le


Partagez ce contenu