Culture de l'Arénicole Région Bretagne

Actualités du projet :


Un trophée pour saluer le potentiel international du projet

La société Hemarina qui emploie aujourd’hui une quarantaine de personnes n’a pourtant pas commencé à commercialiser sa découverte : de l’hémoglobine universelle, issue d’un ver marin. Le trophée remis par la CCI France Internationale, chargée d’accompagner les entreprises qui exportent, vise à valoriser la réussite de l’entreprise à travers le monde. En effet, elle bénéficie déjà d’une renommée internationale, ses brevets et collaborations s’étendant à l’étranger notamment aux Etats-Unis.

Un projet nommé Marbiotech

Franck Zal, ancien chercheur au CNRS a découvert qu’un ver présent sur nos plages et qui forme des tortillons dans le sable, de son nom latin Arenocola Marina ou plus communément Arénicole avait des superpouvoirs. Il présente des caractéristiques proches de l’hémoglobine humaine et notamment le fait d’être un transporteur d’oxygène universel.

« L’hémoglobine de l’arénicole, dissoute dans son système circulatoire, est universelle », Franck Zal

Hemarina sous-traite son approvisionnement en vers à la société Aquastream de Ploemeur qui se charge de les produire. Elle les récupère ensuite pour les faire grossir et en extraire la molécule qui permettra de conserver par exemple un greffon en bonne santé et plus longtemps jusqu’à sa transplantation. En effet, les premiers tests ont permis de prolonger la conservation des greffons jusqu’à 24 heures contre 6 heures aujourd’hui et la société pense pouvoir aller jusqu’à 7 jours !

Une meilleure conservation et des possibilités infinies

Actuellement, 50 % des organes disponibles à la greffe sont perdus du fait de la difficulté de les conserver et à cause des rejets. Cette molécule pourrait sauver de nombreuses vies humaines et permettra aussi d’autres avancées pour la médecine comme la régénération osseuse, des apports en oxygène

Modifié le


Partagez ce contenu