Ports de pêche
Criées bretonnes : une bonne année 2016

En 2016, globalement en volume et en valeur, les ventes des criées progressent légèrement par rapport à 2015. Le Guilvinec et Lorient restent en valeur dans le haut du tableau français.

Atelier mareyage "Chalut des 2 ports" à Keroman Lorient
Atelier mareyage "Chalut des 2 ports" à Keroman Lorient Franch Galivel

 

Côtes d’Armor : légère baisse pour Erquy et St Quay

Après une année 2015 exceptionnelle, l’année 2016 termine avec - 4% en tonnage et - 3% en valeur, mais reste une bonne année. La coquille St-Jacques, la reine, dont le prix moyen a été de + 2% soit en moyenne à 2.36€, y est pour quelque chose. Quant au poisson, les tonnages baissent légèrement de 2% et les valeurs montent de 2%. La plus grosse baisse en tonnage concerne les céphalopodes : seiches et encornets subissent une baisse cyclique, mais leur raréfaction fait augmenter leur prix de 25% en moyenne.

Finistère : globalement un bon cru

Les 6 criées de Cornouaille ont progressé de 5.3% en tonnage et de 2.9% en valeur soit 139 Million d’€. Les espèces comme l’églefin, la seiche, la raie fleurie, l’anchois, le bar, le thon germon ont été décevantes en volume alors que d’autres produits, plus débarqués tels la sardine, qui a progressé de 26% et la langoustine du golfe de Gascogne qui a augmenté de 19% ont permis de maintenir une bonne activité. 

Au nord, Roscoff est stable grâce à la lotte, l’espèce phare (1 112 t pour 5.39 Millions d’€) devant le merlan, la raie et le turbot. Quand à Brest, la bonne météo de fin d’année et la réouverture de la St Jacques lui ont permis de traiter 11.17% de plus, soit 1722 t. en 2016 contre 1549 en 2015, en volume pour un chiffre d'affaires (CA) de 8.3 Millions d’€. 

Morbihan : de bons résultats

Lorient affiche un CA en hausse de 2.42 % par rapport à 2015 équivalent à 86.7 Millions d’€. Ces résultats proviennent de la pêche hauturière qui enregistre une hausse de 5% tandis que la pêche côtière baisse de 6%. L’espèce la plus vendue est le merlu (6400 t.) puis la lingue (3300 t.) et la lotte (1932t.). 

Quiberon présente une forte hausse du tonnage + 20.3% soit 1422 t. et un CA qui franchit le cap des 6 Millions d’€. Le congre (306 t.) représente la plus grosse vente, puis la coquille St Jacques (90 t.), la seiche (90t.) et enfin le bar.

Ille et vilaine : Saint Malo et Cancale en baisse

Pour ce département, 1251 t. ont été débarquées en 2016 contre 1283 t. en 2015. Le CA augmente cependant grâce à la hausse du prix moyen en 2016 soit un CA global de 3.4 Millions d’€.

La coquille St Jacques de St Malo reste le produit phare avec 750 t. débarquées. A Cancale, la bonne saison de la seiche a permis d’augmenter le CA de 12%.

Brexit : quelles conséquences ?

Les bons résultats de l'année passée permettent de démarrer 2017 avec un certain moral pour les pêcheurs bretons qui s'interrogent sur les nouvelles règles à venir : en effet, toutes les cartes sont à rebattre concernant les accords passés entre le Royaume-Uni et les autres pays du fait de son retrait de l'Union Européenne.

 


Modifié le


Partagez ce contenu