Europe
Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche : la délégation de gestion à la Bretagne est signée

Le 7 juin dernier, Loïg Chesnais Girard, 1er vice-président du Conseil régional, et Alain Vidaliès, secrétaire d'Etat chargé des transports, de la mer et de la pêche, ont signé la convention de délégation à la Région Bretagne, de la gestion d'une partie des mesures du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche.

Bateau de pêche au Guilvinec
Franck Betermin

Grâce à cette délégation de gestion, la Bretagne, première région maritime de France, pourra d'ici 2020, accompagner près de 130 M€ d'investissements en faveur des secteurs de la pêche et de l'aquaculture, qui seront complétés par 21 millions d'euros d'aide publique. 15 mesures seront ainsi mises en oeuvre grâce à une enveloppe de plus de 44 millions d'euros de crédits européens. La Région, qui a installé en mai dernier la commission déléguée au suivi et à la gestion du FEAMP, dans le cadre du comité de suivi des Fonds européens en Bretagne, va ainsi pouvoir procéder à l'instruction des premiers dossiers. Dès l'automne 2016, les premiers projets bénéficiaires pourront ainsi être sélectionnés. 

Les objectifs de la délégation de gestion : 

  • amélioration de la performance énergétique de la flottille de pêche, de la gestion des ressources halieutiques grâce à la mise au point et l'équipement des navires en engins plus sélectifs et plus respectueux des milieux, et par la valorisation des produits de la pêche. Autres objectifs : sécurisation des conditions de travail des équipages, renouvellement des navires et des chefs d'entreprise avec un objectif de 50 installations de jeunes pêcheurs. 14 M€ pour la pêche.
  • soutien aux investissements des entreprises aquacoles pour augmenter la production, diversifier les productions, gagner en valeur ajoutée, promouvoir des méthodes durables et l'échange de bonnes pratiques, mais aussi l'accompagnement aux projets d'installation et d'infrastructures collectives. 13 M€ pour l'aquaculture. 
  • renforcement de la compétitivité des places portuaires. 11 M€ pour les ports de pêche.

  • accompagnement de la recherche de nouveaux marchés et mise en œuvre de nouvelles démarches de commercialisation, certification et promotion des produits durables, soutien aux entreprises de la filière halioalimentaire (3 400 emplois aujourd'hui). 10 M€ pour les filières aval.

  • généralisation des initiatives de développement local des filières pêche et aquaculture. 17 M€ pour le développement local des filières.

Tags : Pêche Mer Europe

Publié le


Partagez ce contenu